Le piège

A la surprise générale, le « Nouveau Front Populaire » est arrivé en tête aux législatives : c’est ce qui pouvait lui arriver de pire…

Compte tenu de la faible majorité dont il dispose à l’Assemblée, il a le choix entre deux scénarios tout aussi problématiques :

– Soit constituer un gouvernement minoritaire, avec l’obligation de trouver une majorité de circonstance pour chaque texte, tout en étant en permanence à la merci d’une motion de censure.

– Soit établir un pacte de gouvernement avec les macronistes pour disposer d’une majorité stable à l’Assemblée, avec pour conséquence sa probable dislocation.

S’il veut gouverner, le « Nouveau Front populaire » va devoir relever de nombreux défis : surmonter ses divisions, affronter l’opposition, composer avec Macron, tenir compte de la réalité. Dans tous les cas de figure, il ne pourra pas appliquer « tout son programme, que son programme ».

Lorsqu’il a décidé de dissoudre l’Assemblée, Macron a fait le pari de donner Matignon à l’extrême droite pour ne pas avoir à lui livrer l’Élysée en 2027, en tablant sur l’échec d’un gouvernement Bardella. Le piège a fonctionné, mais contre la Gauche.

Pendant que celle-ci s’enlise dans des combats de tranchées, le RN aura tout loisir pour faire le ménage dans ses rangs, ajuster son programme et peaufiner son image. Il va incarner l’opposition qui ne se compromet pas dans « des magouilles d’appareil ». Il affrontera les prochaines échéances électorales en position de force. En définitive, la « victoire » du « Nouveau Front Populaire » ne fait que différer l’arrivée de l’extrême droite au pouvoir.