Dieu est-il « iel » ?

Article publié le 25 novembre 2021 – Dernière mise à jour : 27 novembre 2021


Le « Petit Robert » vient d’introduire le pronom personnel neutre « iel » (il / elle) dans son édition numérique (1).

… Nous sommes sur un superbe paquebot, fierté de ses actionnaires, monstre d’acier et merveille de technologie. Chacun est à sa place : les pauvres dans la cale, les riches dans les cabines. Oui, nous sommes à bord du Titanic

Et pendant que le navire s’enfonce dans les brumes glacées de l’Atlantique Nord, la croisière s’amuse : en première classe, on disserte sur le genre des anges.


(1) iel, iels pronom personnel sujet de la troisième personne du singulier et du pluriel, employé pour évoquer une personne quel que soit son genre.

Attentat transphobe au « Monde »

Article publié le 30 janvier 2021


Le 19 janvier 2021, Le Monde a publié un dessin de Xavier Gorce dans sa newsletter « Le brief du monde » intitulé « repères familiaux ».

Ce dessin est plutôt anodin : il ironise sur la complexité des familles recomposées combinant les différentes options de filiation et de genre. Tout au plus peut-il paraître désinvolte dans sa façon d’évoquer l’inceste.

Il a pourtant déclenché une violente réaction des adeptes de la « genrisation ». Ils ont vu dans le dessin de Xavier Gorce une insulte aux minorités sexuelles (LGBTQI+ dans leur jargon) et s’en sont émus sur les réseaux sociaux.

Très vite, la rédaction du Monde leur a présenté ses excuses, considérant que ce dessin portait atteinte à la dignité des personnes transgenres ou victimes d’inceste et qu’il était en contradiction avec la ligne du journal.

Mais alors pourquoi l’a-t-elle publié ? On peut légitimement se demander si la rédaction du Monde lit ce qu’elle publie.

Tout en cédant aux pressions, le Monde s’est défendu de censurer le dessin litigieux, avec le jésuitisme qui fait son charme. Certes, il ne l’a pas effacé du blog du dessinateur, mais il s’est bien gardé de le montrer à ses lecteurs lorsqu’il en a fait la critique.

Cette affaire décrédibilise bien sûr le journal. Elle rend ridicules ses dénonciations de la cancel culture et des pressions exercées par les réseaux sociaux sur les médias.

De toute évidence, le Monde « n’est pas Charlie ».

Pour aller plus loin …

Le Monde a consacré plusieurs articles à ce psychodrame. Voici le plus complet : « Nos explications sur le départ de Xavier Gorce du Monde » (Lire l’article)