Les Le Pen vont-ils (enfin) vivre honnêtement ?

Article publié le 2 juillet 2022 – Dernière mise à jour : 25 juillet 2022


La Macronie est généreuse : elle vient d’offrir 89 députés au Rassemblement National, au prix de 37 000 euros le député. Chaque voix rapportant par ailleurs 1,64 euros, le RN va toucher au total 10,3 millions d’euros par an : les Le Pen devraient donc pouvoir vivre confortablement sans avoir à escroquer la République …

Nous sommes bien loin de ce mois d’octobre 72 où Jean-Marie fonde le Front National avec quelques comparses. Il s’agit surtout à l’époque d’offrir un refuge aux amateurs de ratonnade : même si l’argent est le nerf de la guerre, c’est le nerf de boeuf qui motive ce petit monde. Tout juste se soucie-t-on dans ce cénacle du trésor perdu de l’OAS (1) : ah, folle jeunesse …

En 1976, Jean-Marie découvre qu’il peut gagner de l’argent grâce à la politique : il hérite du cimentier Hubert Lambert – un admirateur inconditionnel du leader d’extrême-droite – et se retrouve à la tête de plusieurs millions d’euros (2). Dorénavant à l’abri du besoin, il peut faire de la politique comme il l’entend : il transforme le FN en PME familiale et installe le siège du parti dans son château de Montretout.

En 1988, la loi sur le financement des partis politiques change la donne : la politique devient une activité rentable. Jean-Marie s’emploie à faire prospérer le cheptel des électeurs d’extrême droite, non sans risque : en 2002, il est contraint de participer au deuxième tour de l’élection présidentielle suite à la défaillance de Jospin.

En 2011, il lève le pied : sa fille Marine lui succède à la tête de l’entreprise familiale, bien décidée à changer de méthodes : il est vrai, le FN se livre alors à des arnaques assez indigentes, comme faire financer par l’Europe des permanents déguisés en assistants parlementaires (cela vaudra à Marine une mise en examen en 2017 pour abus de confiance et détournements de fonds publics).

Dès 2012, Marine passe à la vitesse supérieure : à l’occasion des élections législatives, elle met en place un montage financier audacieux avec l’aide de son ami Chatillon, ex gudard rencontré sur les bancs de la fac d’Assas et fondateur de la société de communication « Riwal ». Marine oblige les candidats du FN à acheter leur kit de campagne à son micro parti « Jeanne », distinct du FN. Ces kits sont fournis à « Jeanne » par « Riwal » au prix (largement surévalué) de 16 650 euros. Afin d’aider les candidats à acquérir ces kits, « Jeanne » leur consent un prêt à 6,5%. Le tout (kit + intérêts) est payé au final par l’Etat dans le cadre du remboursement des frais de campagne. Ce petit montage très sarkozien permet à Marine de se constituer un trésor de guerre et à Chatillon de rouler en Harley aux frais de « Riwal » (ce que les juges qualifient mesquinement en 2020 d’abus de biens sociaux – Marine écopant pour sa part d’une amende de 18 750 euros pour complicité).

Vivre de la politique n’est pas une sinécure. Tout au long de leur carrière, les Le Pen ont dû neutraliser (3) nombre de malfaisants tentés de s’emparer de leur fond de commerce : Mégret en 1998, le quarteron Martinez / Lang / Lehideux / Bild en 2008, Philippot en 2017, Zemmour en 2022.

La motivation des Le Pen, c’est le grisbi (4). Aujourd’hui, le salaire de principal opposant ne leur suffit pas. Ils veulent refaire le coup de « la casa de papel » : investir l’Etat pour mettre la main sur la planche à billets.



(1) La volatilisation du trésor de guerre de l’OAS semble être à l’origine de celle de l’ex trésorier de l’organisation Raymond Gorel en 1963 : à l’extrême droite, on ne plaisante pas avec la responsabilité personnelle des comptables. Jean-Jacques Susini (ancien dirigeant de l’OAS) a été accusé en 1972 d’avoir commandité la disparition de Gorel ; il a été acquitté en 1974.


(2) L’héritage Lambert est constitué d’avoirs financiers et bancaires et de biens immobiliers, comprenant le fameux château de Montretout à Saint Cloud et une maison de famille.

En 2016, dans leur déclaration patrimoniale, les Le Pen ont évalué leur château à 1,8 million (ce montant a été réévalué à 3,6 millions par le fisc). Ils s’en partagent la propriété via une société immobilière dont Jean-Marie détient 75% des parts.

Côté financier, le montant de l’héritable Lambert serait de plusieurs millions. Le Monde a publié en 2016 une enquête dans le cadre de l’affaire des Panama Pepers révélant l’existence de comptes offshore détenus par des proches de Marine Le Pen dans les iles Vierges britanniques et à Guernesey pour un montant de 2,2 millions.


(3) le mot « neutraliser » ne doit pas être pris ici dans son acception militaire : Dieu merci, nous ne sommes plus à l’époque de Duprat ( c.f. Wikipedia : « Le samedi 18 mars 1978, à 8 heures 40, François Duprat meurt dans l’explosion de sa Citroën GS piégée, près de Caudebec-en-Caux. Il achevait un livre sur le financement des partis politiques de droite et d’extrême droite intitulé Argent et politique … » )

Pour mémoire : François Duprat, ancien dirigeant d’Ordre Nouveau, était membre du bureau politique du FN. Son assassinat n’a jamais été élucidé : il n’est pas dû forcément à sa connaissance fine des réseaux de financement de l’extrême droite : Duprat cumulait les pathologies : antisémite, antisioniste virulent, en contact avec le Fatah et le FPLP, il était soupçonné d’entretenir des relations avec des services secrets, voire même d’être un indicateur de police …


(4) c.f. Lorrain de Saint Affrique (proche conseiller de Jean-Marie Le Pen) : « Ne jamais oublier que le fil rouge de (Jean-Marie) Le Pen, c’est l’argent » (propos rapporté par Pascale Nivelle dans l’article « Elle n’a rien d’une blonde » publié dans Libération le 15 janvier 2011).

Lettre à Eric Zemmour

Article publié le 18 décembre 2021 – Dernière mise à jour : 21 décembre 2021


Eric,

Au lieu de te contenter d’escroquer tes lecteurs, comme je te le suggérais amicalement dans un précédent article, tu as jugé bon de participer à l’élection présidentielle pour de vrai.

Pourquoi t’être ainsi mis en danger ? Pas physiquement bien sûr (la Macronie veille sur toi, tu lui es trop utile), mais psychologiquement. Falsifier l’Histoire, à la longue, altère le jugement.

J’ai visionné ta vidéo de candidature. Tu souffres manifestement du complexe de Naboléon : tu te prends pour de Gaulle. Eric, les habits du Général sont trop grands pour toi, tu ne vas pas sauver la France ! Tout le monde le sait : en juin 1940, tu serais allé à Canossa, pas à Londres.

Tu veux empêcher le grand remplacement ? Mais il a déjà eu lieu ! Ce sont des noirs qui vident tes poubelles et des arabes qui remplissent ton caddy. Ne te mets pas (Charles) Martel en tête, tu n’es pas Isabelle la Catholique, tu n’es qu’Eric le Cathodique.

Tu as fondé ton parti, comme naguère ce pauvre Henriot. Malheureux ! Tu vas attirer tous les tordus qui veulent reconstituer la LVF. Ils vont effrayer le bourgeois et énerver les juges (comme si tu n’avais déjà pas assez de soucis avec eux).

Sais-tu à quel point la politique est ennuyeuse ?

Tu vas devoir faire le tour de tes électeurs : ingurgiter des tielles à Sète, des sardines à Saint Jean de Luz, des kouign amann à Douarnenez, des rollmops à Strasbourg …

Tu devras connaître par cœur le prix de la chocolatine et du kilo de gariguettes.

Tu vas devoir côtoyer le peuple (pas celui de Michelet, celui du faubourg Saint Denis).

Tu vas vivre dans la hantise que le Canard Enchaîné titre sur tes mains baladeuses ou tes amnésies fiscales.

Eric, tu a commis l’erreur grossière que doit éviter tout charlatan : tu a pris tes rodomontades au sérieux.



Articles précédents :

Zemmour affole la bête

Eric Zemmour, le troll de la République

Zemmour affole la bête

Article publié le 26 octobre 2021 – Dernière mise à jour : 31 octobre 2021


Eric Zemmour serait-il le dernier situationniste ? Il est en train de ridiculiser la « démocratie bourgeoise » en détournant l’élection présidentielle à des fins crapuleuses, pour fourguer un manifeste nationaliste écrit à la va-vite (1).

C’est en tout cas un sacré performeur : Il monopolise la scène politique depuis deux mois avec seulement l’aide d’une poignée de militants identitaires et quelques millions d’euros avancés par de discrets philanthropes. Depuis son entrée en non-campagne, il dicte son agenda à la classe politique française, alors qu’il n’est même pas candidat à la présidentielle.

Mais sa vraie fausse candidature ne relève pas du seul marketing : elle s’inscrit dans une démarche politique murement réfléchie.

Beaucoup, à l’extrême droite, ne croient pas dans les chances de Marine Le Pen. Ils pensent que le Rassemblement National ne pourra jamais arriver au pouvoir seul. Ils rêvent de constituer une grande coalition « populiste » regroupant conservateurs, anti-européens, identitaires et souverainistes.

Cette stratégie n’est pas absurde. La droite illibérale est au pouvoir en Pologne, en Hongrie, en Slovénie. Alors, pourquoi pas en France ? L’extrême droite et la droite « dure » font largement jeu égal avec les tenants du libéralisme, d’autant plus que la gauche est définitivement hors jeu, avec moins de 30% de l’électorat.

Pour mettre en oeuvre cette stratégie d’alliance, il faut renvoyer Marine Le Pen à ses chats, faire sauter les derniers verrous moraux à droite et donner aux électeurs « patriotes » un socle idéologique commun. Eric Zemmour s’y emploie en orchestrant une grande catharsis identitaire. Il prépare la mise à feu du troisième étage de la fusée Le Pen, la mise sur orbite de Marion Maréchal Pétain.



(1) A peine entré en politique, Zemmour innove : c’est le premier politicien à vendre ses tracts.



Article précédent :

Zemmour, le troll de la République