Un psychodrame français

Depardieu est un gros con.

Ce n’est même pas le meilleur acteur français.

Le monde du cinéma, l’intelligentsia, la classe politique ont toléré sa poutinerie et ses agissements pendant des années. Ces gens là se sont tu, alors qu’ils monopolisent les médias (1) ; aujourd’hui, ils n’ont de cesse de s’exprimer sur le personnage à coup de tribunes et de contre-tribunes, jusqu’au Président qui n’hésite pas à accréditer un fake news mettant en cause l’intégrité professionnelle de journalistes de la télévision publique.

Non, la France n’a pas à être fière de Depardieu.

Le tapage médiatique organisé autour de lui est grotesque, quand on songe à ce qui se passe ailleurs dans le monde.

Que la justice passe, en silence. Et … Vae victis !


(1) La simple présence de Depardieu dans le casting d’un film constitue une garantie d’audience pour celui-ci et facilite du coup son financement : cela explique le silence d’une profession qui se dit par ailleurs très sensibilisée au combat féministe …