Louis-Ferdinand Céline

Humoriste français (1894 – 1961)

Louis-Ferdinand Céline a révolutionné l’humour français par sa créativité lexicale, son sens de la provocation, ses délires verbaux et son usage intensif de l’insulte. Il a ainsi puissamment contribué à ridiculiser les milieux antisémites de l’entre-deux-guerres.

Sous l’Occupation, il a fait de la lettre de délation un genre littéraire à part entière, reconnu et apprécié au niveau aryano-européen.

Son oeuvre majeure reste cependant « Papy fait de la résistance », un roman autobiographique où il évoque son action clandestine dans la France de Vichy.

Du fait de son immense talent, Louis-Ferdinand Céline occupe aujourd’hui une place de premier plan sur les étagères des intellectuels français.

Robert Brasillach

Ecrivain raté (1909 – 1945)

Il faut brûler certains morts si l’on veut éviter qu’ils ne reviennent. C’est le cas de Brasillach, que l’extrême droite voudrait ressusciter.

Dans sa jeunesse, Brasillach a surtout produit des textes mièvres et maniérés, froids comme une rue de Perpignan un jour de Tramontane. Homosexuel refoulé, il ne pouvait qu’être fasciste.

Sous l’occupation, il a changé radicalement de style, comme chacun sait : il a écrit des abjections. Mais à la Libération, il est resté en France. Il faut au moins lui reconnaître ce courage.

Condamné à mort, il a été fusillé ; pas pour ses idées, mais pour ses actes (à moins de considérer que les nazis ont assassiné 6 millions de juifs virtuels). C’est quand même dommage que De Gaulle ait refusé sa grâce, car Brasillach a écrit de beaux poèmes en prison. Peut-être serait-il devenu un bon écrivain s’il avait survécu …

Je pense à vous, vous qui rêviez,
Je pense à vous qui souffriez,
Dont aujourd’hui j’ai pris la place.
Si demain la vie est permise,
Les noms qui sur ces murs se brisent
Nous seront-ils nos mots de passe ?

(« Les noms sur les murs », Fresnes, 29 octobre 1944)