Qui se cache dans nos villes ?

Deux chercheurs du Muséum de Toulouse, le botaniste Boris Presseq et le naturaliste Pierre-Olivier Cochard, ont réalisé un inventaire de la flore sauvage dans le quartier du Busca à Toulouse.

Par jeu, ils ont inscrit le nom des plantes qu’ils ont identifiées à la craie sur les trottoirs.

C’est l’occasion de faire connaissance avec les « mauvaises herbes » qui essaient de survivre entre béton et bitume.

Pour en savoir plus …

Quelle est cette herbe qui pousse sur mon trottoir ? Consulter l’article du blog du Museum de Toulouse

Non à la privatisation d’ADP !

Le gouvernement veut privatiser les Aérodromes De Paris (ADP) … Pourquoi faut-il l’en empêcher ?

Privatiser les aérodromes de Paris, c’est d’abord offrir une belle rente aux investisseurs privés (ADP a rapporté 173 millions à l’Etat en 2018) ; c’est aussi et surtout priver les pouvoirs publics d’un levier majeur dans le domaine économique, écologique et en matière d’aménagement du territoire.

ADP dispose par ailleurs d’un patrimoine foncier réservé à des opérations immobilières (hors installations aéroportuaires) équivalent à la superficie des XVIIIe et XIXe arrondissements parisiens ; on devine les appétits qu’il suscite chez les promoteurs immobiliers …

Comment empêcher cette privatisation ?

… En imposant l’organisation d’un RIP (Référendum d’Initiative Partagée) pour voter une loi affirmant le caractère de service public d’ADP.

Le gouvernement sera contraint d’organiser un RIP s’il recueille 4,7 millions de signatures de soutien au projet de loi avant le 12 mars 2020 minuit sur un site internet créé à cet effet (la procédure est placée sous le contrôle du Conseil Constitutionnel).

Pour signer, vous devez être inscrit sur les listes électorales et disposer d’une adresse mail.

Connectez vous au site Referendum.interieur.gouv.fr en ayant avec vous votre carte d’identité (ou votre passeport) et votre carte d’électeur (car il faut fournir certaines informations figurant sur ces documents).

Attention :

  • – il faut saisir tous ses prénoms, dans l’ordre de la carte d’électeur,
  • – n’utilisez pas la virgule mais un espace pour séparer les prénoms,
  • – ne vous laissez pas induire en erreur par le numéro qui apparait à côté du nom des communes : c’est le le N° INSEE et non le code postal,
  • – après validation du formulaire, éditez le récépissé (sous forme de .pdf) pour être sûr que votre signature a bien été enregistrée.

Signez et faites signer autour de vous !

Pour en savoir plus sur le RIP contre la privatisation d’ADP : lire l’article du « Monde » du 13 juin 2019.

Pour connaître l’avancement de la collecte des signatures : consulter le site adprip.com

Stolpersteine, les pierres de la mémoire

La coutume juive veut qu’on dépose un caillou sur les tombes devant lesquelles on se recueille. Le sculpteur allemand Gunter Demning s’est inspiré de cette tradition pour rendre hommage aux victimes du 3ème Reich.

Depuis 1993, il crée des petites plaques de laiton sur lesquelles il grave le nom, la date de naissance et le destin des victimes. Il encastre ces plaques sur le trottoir devant le dernier domicile où elles ont vécu avant leur arrestation. Il a baptisé ces plaques stolpersteine (pierres d’achoppement, pierres sur lesquelles on trébuche).

Le projet Stolpersteine est indépendant de toute organisme ; il est ouvert à qui veut rendre hommage à une personne assassinée par les nazis : descendant de la victime, école, comité de quartier …

Il permet de garder la trace des disparus parmi nous, dans notre environnement quotidien et nous donne la possibilité de penser à eux, à ce qu’a été leur vie, au gré de nos déambulations, pour peu qu’on fasse l’effort de se pencher pour lire leur nom.

Pour aller plus loin ….

>> Site du projet Stolpersteine : accéder au site

>> France Culture a consacré une émission en deux parties au projet Stolpersteine, le samedi 21 avril et le dimanche 21 avril 2019.