Jean Zay

Jean Zay est peu connu du grand public et rarement évoqué par la classe politique. Et pour cause : il renvoie l’extrême-droite à ses crimes ; à la droite, il prouve qu’un ministre de gauche peut être efficace et à la gauche, que l’on peut transformer la société en profondeur dans le cadre des institutions « bourgeoises ».

S’il avait survécu en 1944, Jean Zay aurait joué un rôle politique de premier plan : la gauche n’aurait peut-être pas eu besoin de faire appel à un médaillé de la francisque pour revenir au pouvoir.

A l’heure où de grands changements sociaux et économiques s’imposent, il est bon de rappeler qui fut Jean Zay, quelle fut son action et quels espoirs il a portés.

Sa biographie

  • Jean Zay est né le 6 août 1904 à Orléans. Son père, d’origine juive est le directeur du journal radical-socialiste Le Progrès du Loiret. Sa mère, institutrice, est protestante.
  • Il fait des études de droit. A 21 ans, il entre au parti Radical et adhère à la Franc-Maçonnerie. Il est élu député du Loiret en 1932. Il fait partie des « jeunes turcs » qui contribuent à ancrer le parti Radical à gauche.
  • En 1936, il est nommé ministre de l’Education Nationale et des Beaux-Arts dans le gouvernement du Front Populaire. A ce poste, il lance de grandes réformes dont les effets sont encore visibles aujourd’hui. Au titre de l’Éducation nationale, il instaure les trois degrés d’enseignement, la prolongation de l’obligation scolaire à quatorze ans, les classes d’orientation, la reconnaissance de l’apprentissage, le sport à l’école. Au tire des Beaux-Arts, il crée le CNRS, le Musée national des arts et traditions populaires, le Musée d’Art moderne, la réunion des théâtres lyriques nationaux et le festival de Cannes.
  •  A la déclaration de la guerre en 1939, il démissionne pour rejoindre l’armée dans le cadre de la mobilisation de sa classe d’âge. En juin 1940, avec l’autorisation de ses supérieurs, il rejoint le Parlement replié à Bordeaux pour organiser la poursuite de la guerre à partir des colonies.
  • Il embarque le 21 juin 1940 à bord du Massilia avec 25 autres parlementaires pour rejoindre le Maroc. Arrêté à son arrivée pour « désertion », il est renvoyé en métropole et incarcéré à Clermont-Ferrand.
  • En prison, Jean Zay est la cible d’une violente campagne de presse orchestrée par Philippe Henriot qui réclame sa mort. Il est condamné le 4 octobre 1940 à la déportation à vie. Cette peine est commuée en internement sur le territoire national. Il est incarcéré à la maison d’arrêt de Riom.
  • Le 20 juin 1944, il est extrait de sa prison par 3 miliciens qui l’exécutent dans un bois à Molles, dans l’Allier.
  • Il est réhabilité à titre posthume par la cour d’appel de Riom en 1945. Le 27 mai 2015, sur décision du président Hollande, ses cendres sont transférées au Panthéon à l’occasion de la journée nationale de la Résistance.

Son procès

Jean Zay a été haï par l’extrême-droite au moins autant que Léon Blum, car il a incarné une conscience de gauche sans faille : viscéralement antifasciste, il a prôné la fermeté face à Hitler, ce qui lui a valu l’accusation de « bellicisme ». En 1936, il a été un des rares ministres du Front Populaire à vouloir secourir la République espagnole. En 1940, il a abandonné ses fonctions politiques pour rejoindre le front et, lors de la débâcle, il a fait partie de la poignée d’hommes politiques qui ont cherché à poursuivre le combat. Il est assez extraordinaire que ceux-là même qui ont livré la France aux nazis lui aient fait un procès pour « antipatriotisme ».

Ce procès a été alimenté bien sûr par l’affaire du Massilia, mais aussi par le « scandale » du « drapeau ».

A 19 ans, Jean Zay avait écrit un poème intitulé « le drapeau », dans lequel il dénonçait violemment la boucherie de la Première Guerre Mondiale. Ce texte, même si ce n’est pas un monument de poésie, exprime – de façon somme toute légitime – la colère d’un jeune homme écœuré par le sacrifice d’une génération (si scandale il y a, c’est plus dans les vaines offensives du Chemin des Dames et de Verdun qu’il faut le chercher).

Ce poème était resté dans le domaine privé jusqu’à ce que l’extrême-droite s’en empare et l’utilise contre son auteur (en 2014, plusieurs associations d’anciens combattants ont évoqué ce poème pour s’opposer au transfert des cendres de Jean Zay au Panthéon).

Consulter le poème de Jean Zay « le drapeau ».

Son assassinat

Le 20 juin 1944, trois miliciens viennent chercher Jean Zay à la prison de Riom. Il s’agit d’Henri Millou, responsable de la sécurité de la Milice à Vichy, Charles Develle et Pierre Cordier. Les trois miliciens présentent un ordre de transfert pour Melun signé par le directeur de l’administration pénitentiaire. Les trois miliciens laissent entendre à Jean Zay qu’ils sont des résistants déguisés venus le libérer et l’assassinent dans un bois à Molles dans l’Allier.

Jean Zay est abattu par Charles Develle. Puis, afin qu’il ne soit pas identifié, les tueurs le déshabillent, lui ôtent son alliance, jettent sa dépouille dans la crevasse du Puits-du-Diable et y lancent quelques grenades pour cacher le corps par des éboulis.

Le corps de Jean Zay est retrouvé en 1946 par des chasseurs et est formellement identifié fin 1947. Charles Develle est arrêté en Italie et jugé en février 1953. Il est condamné aux travaux forcés à perpétuité puis libéré deux ans plus tard.

(Source : article « Jean Zay » de Wikipedia)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.