Antisionisme mode d’emploi

« l’antisionisme, lorsqu’il est la négation de l’existence d’Israël comme État, est un antisémitisme » (Emmanuel Macron, Jérusalem, le 22 janvier 2020).

L’antisionisme est un concept assez flou qui se prête à toutes les manipulations.

C’est le contrepied du sionisme : Les premiers antisionistes furent, à la fin du XIXème siècle, les juifs opposés à la création d’un « foyer national juif » comme solution à l’antisémitisme. Très vite, dans les années 30, les habitants de la Palestine leur ont emboité le pas, quand ils se sont rendus compte que la création d’Israël allait se faire à leurs dépens. Aujourd’hui, l’antisionisme sert souvent de faux nez à ceux qui rêvent « de jeter les juifs à la mer », en Israël ou ailleurs.

Il est cependant dangereux d’assimiler antisionisme et antisémitisme. D’abord parce qu’il existe des juifs – religieux – antisionistes. Ensuite, parce que l’abandon par Israël de son statut actuel pourrait permettre de résoudre le conflit israélo-palestinien (solution dite « d’un seul état »). Enfin et surtout parce que cette confusion permet à Netanyahou de disqualifier ceux qui dénoncent sa politique.

Si notre Président a fait cet amalgame, qui plus est en Israël, c’est surtout pour faire oublier son incapacité à museler l’antisémitisme en France. Accessoirement, c’est aussi parce qu’il se soucie assez peu du sort des palestiniens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.