Quel avenir pour l’UNEF ?

Vu dans « Le Monde » du 19 mai 2019 :

Scission à l’UNEF : l’aile gauche quitte le syndicat étudiant. 86 représentants issus principalement de la TUAS, 2e force au sein du syndicat, proche des communistes, ont annoncé leur départ.

A ceux qui partent comme à ceux qui restent, je dédie ce texte :

Projet de motion en vue de l’Assemblée Générale de l’ U. N. E. F. (Union nationale des étudiants de France) des 14-15 janvier 1967.

– Considérant que l’affirmation de l’ U.N.E.F. en tant que syndicat réunissant l’avant-garde de la jeunesse (Charte de Grenoble 1946) coïncide avec une période où le syndicalisme ouvrier était depuis longtemps vaincu et devenu un appareil d’autorégulation du capitalisme moderne travaillant à l’intégration de la classe ouvrière au système marchand.

– Considérant que cette abusive prétention n’est en réalité que la tentative d’intégrer une partie de la jeunesse au système dominant, chose vérifiable par l’histoire même du mouvement syndical étudiant en France …

– Considérant donc que l’ U. N. E. F. n’a jamais su poser les vrais problèmes et par là même n’a jamais apporté que de fausses réponses.

– Considérant que la fonction première de l’ U. N. E. F. est l’exploitation de la misère étudiante par son entretien systématique.

– Considérant que l’ U. N. E. F. se réduit de plus en plus à un panier de crabes où une poignée d’agents des diverses bureaucraties politiques trament leurs lamentables mic-macs.

– Considérant que les diverses associations membres de l’ U. N. E. F. n’ont aucun besoin de se faire coiffer par quelques dizaines d’apprentis bureaucrates travaillant pour leur propre intérêt, et qu’elles on tout intérêt à s’organiser sur une base autonome.

– Considérant que le syndicalisme étudiant est une pure et simple imposture et qu’il est urgent d’y mettre fin.

– Décide de convoquer une assemblée générale extraordinaire en vue le la dissolution de l’Union nationale des étudiants de France.

Texte publié en 1967 par les étudiants pro-situationnistes de l’Association Fédérative Générale des Étudiants de Strasbourg (extraits).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.