La liberté est dans le hijab

Article publié le 13 novembre 2021 – Dernière mise à jour : 17 novembre 2021


Nasrin Sotoudeh est une avocate iranienne.

Elle est en prison depuis 2018. Elle a été condamnée à 33 ans de prison et à 148 coups de fouet pour avoir défendu des femmes qui avait ôté leur voile en public.

Elle a été relâchée brièvement en janvier 2021 en raison de son état de santé (suite à une grève de la faim). Elle a de nouveau été emprisonnée le 20 janvier 2021.

Elle avait déjà été emprisonnée entre 2010 et 2013 pour avoir défendu des opposants au régime (elle a reçu le Prix Sakharov – décerné par le Parlement Européen – en 2012 pendant sa détention).

« La beauté est dans la diversité comme la liberté est dans le hijab » est le slogan d’une campagne lancée par le Conseil de l’Europe début novembre (elle a été suspendue à la demande du gouvernement français).

Le Conseil de l’Europe (à ne pas confondre avec le Conseil européen) est une organisation intergouvernementale qui regroupe 47 états (dont la Russie et la Turquie) et qui s’est donnée pour mission … « de défendre les droits de l’homme » .

Comment soutenir Nasrin Sotoudeh ?

Le Conseil national des barreaux a mis en ligne une pétition pour exiger sa libération. Signer la pétition.

Prevert l’esclavagiste

Article publié le 9 juillet 2021 – Il a été complété après sa publication – Dernière mise à jour : 27 décembre 2021


Pour toi mon amour

Je suis allé au marché aux oiseaux
Et j’ai acheté des oiseaux
Pour toi
mon amour
Je suis allé au marché aux fleurs
Et j’ai acheté des fleurs
Pour toi
mon amour
Je suis allé au marché à la ferraille
Et j’ai acheté des chaînes
De lourdes chaînes
Pour toi
mon amour
Et puis je suis allé au marché aux esclaves
Et je t’ai cherchée
Mais je ne t’ai pas trouvée
mon amour.

(Paroles, Jacques Prévert)

En février 2021, Nadine Couvreux, enseignante à Toronto, a été traduite en conseil de discipline par le rectorat local, le TDSB (Toronto District School Board) suite à la plainte d’un de ses élèves. Son crime ? Avoir fait « l’apologie de l’esclavage » en présentant en cours le petit poème ci-dessus …

Cette affaire est symptomatique de la bêtise woke et de la lâcheté des autorités universitaires outre-atlantique.

Je vous invite vivement à envoyer un petit mail de félicitation aux censeurs du TDSB pour leur contribution majeure à la lutte anti-raciste. Accéder au site du TDSB

Le TDSB a récidivé depuis : il a interdit à ses élèves de participer à un comité de lecture consacré au livre de Nadia Murad, dans lequel cette jeune femme yézidie raconte sa captivité chez Daech comme esclave sexuelle (« the last girl : my story of captivity, and my fight against the islamic state »).

Motif invoqué par les responsables du TDSB : l’autobiographie de Nadia Murad risque « d’offenser les élèves » et « d’encourager l’islamophobie ». Les wokes confondraient-ils « musulman » et « islamiste » ?

(Nadia Murad a reçu le prix Nobel de la paix en 2018 pour son action contre le viol utilisé comme arme de guerre).

Stolpersteine, les pierres de la mémoire

Article publié le 23 avril 2019


La coutume juive veut qu’on dépose un caillou sur les tombes devant lesquelles on se recueille. Le sculpteur allemand Gunter Demning s’est inspiré de cette tradition pour rendre hommage aux victimes du 3ème Reich.

Depuis 1993, il crée des petites plaques de laiton sur lesquelles il grave le nom, la date de naissance et le destin des victimes. Il encastre ces plaques sur le trottoir devant le dernier domicile où elles ont vécu avant leur arrestation. Il a baptisé ces plaques stolpersteine (pierres d’achoppement, pierres sur lesquelles on trébuche).

Le projet Stolpersteine est indépendant de toute organisme ; il est ouvert à qui veut rendre hommage à une personne assassinée par les nazis : descendant de la victime, école, comité de quartier …

Il permet de garder la trace des disparus parmi nous, dans notre environnement quotidien et nous donne la possibilité de penser à eux, à ce qu’a été leur vie, au gré de nos déambulations, pour peu qu’on fasse l’effort de se pencher pour lire leur nom.

Pour aller plus loin ….

Il existe un site internet dédié au projet Stolpersteine : consulter le site