Bilan des élections européennes

Article publié le 30 mai 2019 – Dernière mise à jour : 16 août 2021


Le dernier épisode de la conquête du trône de fer a été particulièrement sanglant : plusieurs partis ont laissé leurs illusions sur le champ de bataille.

Quelles perspectives s’offrent aujourd’hui aux trois grandes maisons qui s’affrontent ?

L’extrème droite. Elle a totalisé plus de 28% des voix. Le RN (Rassemblement National, ex FN) : 23,3% – « Debout » La France (Dupont Aignan) : 3,5% – l’Union « Populaire Républicaine » (le frexiteur Asselineau) : 1,2% – Les « Patriotes » (Philippot) : 0,7%.

Bien qu’arrivé en tête, le Rassemblement National est condamné à l’impuissance : il se heurtera toujours au « plafond de verre » des 30% lors du deuxième tour des élections tant qu’il n’aura pas noué une alliance avec une partie conséquente de la droite.

La droite. Elle a totalisé 34% des voix. LREM (En Marche) : 22,4% – LR (Les Républicains) : 8,5% – l’UDI (centristes) : 2,5%.

Contrairement à ce que prétendent la plupart des éditorialistes, Emmanuel Macron s’est clairement positionné à droite. C’est lui le véritable vainqueur des élections, car même s’il a perdu le match contre le RN (de peu), il a pris l’ascendant sur LR. Il dispose aujourd’hui d’un socle électoral stable qu’il cherche à élargir en « verdissant » son discours.

La gauche. Bien que fracturée, elle a fait globalement près de 32% des voix. EELV (les écologistes) : 13,5% – la France Insoumise : 6,3% – le PS (Glucksmann) : 6,2% – Generation.s (le « s » est de moins en moins justifié) : 3,3% – le PC : 2,5%.

Le succès d’EELV face aux différentes chapelles de gauche offre une perspective intéressante : l’émergence d’un projet de société alternatif à la « start-up nation », porté par les écologistes, alliant écologie, social et mutation économique. Mais connaissant EELV, ce n’est pas gagné.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.